Vers une compréhension du cycle global des microplastiques dans l’environnement

Après la découverte de microplastiques dans les fleuves, les océans, la neige, ou encore l’air du Pic du Midi, une équipe de recherche françaisedont certains laboratoires du Centre national de recherche scientifique (CNRS) sont impliqués, a établi le 1ier modèle mathématique du cycle de vie des plastiques et microplastiques.

Un important travail de synthèse a été fait pour estimer les quantités de plastiques présents dans l’océan profond, dans les sédiments marins, sur les plages et sur les surfaces continentales. D’autres études récentes ont chiffré les flux d’émission et de dépôts atmosphériques, les taux de sédimentation océaniques et la vitesse de dégradation des plastiques en microplastiques. L’ensemble de ces estimations a permis la conceptualisation du cycle de vie des plastiques (Figure 1) pour l’année de référence 2015.

Schéma du cycle de vie des plastiques et microplastiques entre terre, air et mer. © Cf référence article

On observe l’importante quantité de plastiques rejetés sur les continents (5000 Tg) par rapport aux plastiques flottant à la surface des océans (0.3 Tg). On note également que la dispersion des plastiques via les rivières (13 Tg/an) est plus importante que la dispersion par émission terrestre (0.2 Tg/an). L’équipe a ensuite formulé un modèle mathématique du cycle de vie des plastiques, afin de simuler la progression de leur dispersion dans l’environnement, depuis 1950, vers l’air, les océans et les sols. Ce modèle montre que, même si on réduit drastiquement la production des plastiques dans les décennies à venir, les microplastiques risquent de circuler pendant des millénaires dans nos écosystèmes (Figure 2). En simulant des scenarios de remédiation, l’étude préconise une gestion plus durable des déchets anciens et nouveaux dans les milieux urbains, industriels et agricoles, afin de limiter la future dispersion des microplastiques.

Dispersion des plastiques dans les compartiments terrestres de 1950 à l'an 20,000 EC, après un potentiel arrêt de la production et des rejets en 2025.© Cf référence article

Ces résultats appuieront la prochaine évaluation mondiale sur la pollution plastique du Programme des nations unies pour l’environnement (PNUE) et l’établissement d’un nouveau traité mondial. CNRS

Partager sur

Facebook
Twitter
WhatsApp

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *