Myriam DOSSOU-d’ALMEIDA « la chicha n’est pas inoffensive, c’est une substance toxique »

De nos jours, certains jeunes togolais s’adonnent de plus en plus à la consommation des substances psychoactives, toxiques à l’organisme. L’une de ces substances est la Chicha utilisée en remplacement du tabac.

Le ministre du Développement à la Base, de la Jeunesse et de l’Emploi des Jeunes, Mme Myriam DOSSOU-d’ALMEIDA tire la sonnette d’alarme sur les dangers liés à l’usage de la chicha. « Le phénomène de la consommation de la chicha qui se répand et se banalise en raison de sa représentation comme étant moins toxique que le tabac, constitue une véritable source de préoccupations pour nous », explique-t-elle. Madame le ministre précise « lors d’une session de chicha, tu inhales 25 fois plus de goudrons et 125 fois plus de fumée qu’avec une cigarette. La chicha n’est pas inoffensive, c’est une substance toxique ».

Tout savoir sur la chicha

La chicha ou le narguilé est une pipe à eau utilisée pour fumer du tabac. Le tabac utilisé dans les pipes à eau ou chicha est appelé « tabamel ». Il est composé d’environ 28% de tabac et d’environ 70% de mélasse (liquide sirupeux contenant environ 50% de sucre) ainsi que d’arômes (ce qui explique le parfum des nuages de chicha), d’agents de texture et de conservateurs. Des études montrent que la fumée inhalée est comparable à celle de la cigarette et expose potentiellement les fumeurs aux effets du tabac sur la santé, voire à des effets plus graves.

La chicha, aussi nocive que la cigarette

Fumer la chicha apparaît comme moins nocif que consommer des cigarettes. Or les dangers sont les mêmes, pour les fumeurs comme pour ceux qui sont exposés au tabagisme passif de la chicha. Lors de la combustion de la chicha comme celles des cigarettes, près de 4000 substances chimiques sont émises dont la nicotine, le goudron, le monoxyde de carbone, le cobalt, le chrome et le plomb. Plusieurs de ces substances sont toxiques, irritantes, voire cancérogènes. 27 substances carcinogènes ou probablement carcinogènes ont été mises en évidence dans l’aérosol de chicha.

Composition du narguilé

Les substances toxiques de la chicha proviennent du tabac, mais aussi du charbon. La fumée de chicha est plus riche en monoxyde de carbone et en goudrons que celle de cigarette. En effet, cela est dû à la combustion des charbons utilisés, mais aussi à celle du tabamel qui se fait à une combustion plus douce que la cigarette, ce qui génère plus de monoxyde de carbone et de goudrons.

La teneur de la fumée de chicha en béryllium, en chrome, en cobalt, en plomb et en nickel est également plus élevée que celle de la fumée de cigarette. En plus, la fumée moins âcre et associée à des parfums sucrés incite les fumeurs à inhaler plus profondément, provoquant des dégâts importants d’après l’Observatoire français des drogues et des tendances addictives (OFDT). Ainsi, la chicha n’est pas du tout plus saine que les cigarettes.

Les risques pour la santé

La chicha présente comme la consommation de cigarettes, des risques cardiovasculaires, respiratoires et de survenue de cancer. Les études sur les effets sanitaires de la chicha montrent que fumer la chicha accroît les risques de cancers du poumon, de l’œsophage et de l’estomac. Certaines études ont montré des effets cardiovasculaires aigus tels qu'une influence sur la pression artérielle, la fréquence cardiaque et la variabilité de la fréquence cardiaque. L’utilisation de narguilé a des impacts négatifs sur les poumons, avec un risque accru de la Bronchopneumopathie chronique obstructive, de bronchite chronique et d’emphysème.

On note également d'autres risques liés à la consommation de la chicha, comme les maladies parodontales, l'altération du larynx et de la voix. La chicha présente également un autre risque sanitaire lié au fait que la pipe est partagée. Il y a un risque d’infection par des champignons et mycobactéries et par les virus de l’herpès et de l’hépatite. Farrida OURO-ADOÏ (Source : Passeportsante.net)

Partager sur

Facebook
Twitter
WhatsApp

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *