Mission conjointe de suivi réactif au Koutammakou, le pays des Batammariba : défis et perspectives pour la conservation du patrimoine mondial

Une mission conjointe de suivi réactif sur le site du Patrimoine mondial Koutammakou, le pays des Batammariba, s'est déroulée du 26 au 30 mai 2024 au Togo. Cette mission, composée d'experts du Centre du patrimoine mondial (CPM), du Conseil international des monuments et sites (ICOMOS) et du Centre international d’études pour la conservation et la restauration des biens culturels (ICCROM), avait pour objectif d'évaluer l'état de conservation de ce site inscrit sur la Liste du patrimoine mondial il y a vingt ans.

Au cours de cette mission, l'équipe a parcouru les quatre cantons couvrant l'ensemble du site pour constater son état de conservation. Les principaux défis identifiés incluent les effets du changement climatique, la pression urbaine, la construction avec de nouveaux matériaux et l'exode rural. Il est donc impératif de mobiliser des ressources pour maintenir la valeur universelle exceptionnelle de ce site culturel unique.

Les populations locales ont exprimé leur préoccupation quant à la conservation, la transmission et la mise en valeur des connaissances et savoir-faire traditionnels. Malgré les tentations du modernisme, elles demeurent attachées à leurs valeurs culturelles et traditionnelles.

Koutammakou, le pays des Batammariba, est le premier paysage culturel en Afrique à être inscrit sur la Liste du patrimoine mondial. Son inscription repose sur deux critères de l'UNESCO : son système de peuplement traditionnel et son témoignage de l'association spirituelle entre les peuples et le paysage.

Lire aussi : A la découverte du Koutammakou, le pays des Batammariba

À la suite de cette mission, un rapport sera préparé avec des conclusions et recommandations pour assurer la préservation de ce site exceptionnel. Il est crucial que les communautés locales et la communauté internationale travaillent ensemble pour garantir la protection et la valorisation de ce patrimoine précieux. Farrida Ouro-Adoï ( Source : tourisme.gouv.tg)

Partager sur

Facebook
Twitter
WhatsApp

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *