Compétition Bobobo, acte 2 : le groupe Novissi de Tové-Dzigbé vainqueur

Démarrée le 17 juin dernier avec 32 groupes, la deuxième édition de la compétition Bobobo a connu son épilogue, le samedi 25 novembre 2023, avec le sacre du groupe Novissi Bobobo de Tové-Dzigbé face à N’Tifafa de Agou-Kébo Agblodomé classé deuxième. Les groupes Aménuvévé de Tové Ahoundjo et Kékéli de Agou-Kébo Toé se positionnent respectivement à la 3e et 4e place.

Le groupe N’Tifafa

Cette compétition est initiée par le Cercle d'Initiatives Citoyennes pour le Challenge et le Changement en Afrique (CICCA), en partenariat avec l'Observatoire Panafricain du Leadership Féminin (OPALEF). Elle est placée sous le parrainage du ministre de la Culture et du Tourisme.

Les quatre groupes finalistes ont fait montre de leur savoir-faire artistique pour attirer l’attention du jury. Ces groupes ont exécuté des chansons qui traitent du vécu quotidien, la paix, la cohésion sociale et la promotion de la femme. Au finish, c’est le groupe Novissi Bobobo de Tové Ahoundjo qui a su convaincre les membres du jury. Les quatre finalistes ont reçu des trophées, des récompenses et des attestations de participation.

Bobobo est une danse originellement adoptée par les populations du grand Kloto avant de s’étendre aux autres préfectures du Togo. Elle adoucit les mœurs lors des événements heureux ou malheureux. C'est aussi un moment de rencontre, de fraternisation et de cohésion sociale, où l’harmonie des rythmes et des couleurs des tenues se mêlent à la prestance des gestes du corps pour nourrir et réjouir l’esprit.

Cette finale s’est déroulée en présence du représentant du ministre de la Culture et du Tourisme, Kokou MONKLI, du maire de Kloto 1, Winny Yawo DOGBATSE, des représentants des maires de Kloto 3 et de golfe 1, des chefs traditionnels d’Agou et de Kloto, des délégations étrangères et d'autres personnalités.

M. MONKLI a rappelé l’importance de ce concours, précisant qu’au-delà de la préservation de de la danse Bobobo, il contribue à sa promotion au niveau local, national et international et offre une opportunité de partage de ce trésor culturel avec le monde.

Pour le promoteur de la compétition, Me Sylvain ATTOH-MENSAH, la compétition Bobobo s’inscrit dans un vaste projet de festival des arts et cultures des villes et villages des montagnes et collines et dans un processus d’inscription à terme de cette danse dans le patrimoine immatériel de l’UNESCO. Alafiakultur avec ATOP

Partager sur

Facebook
Twitter
WhatsApp

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *